Le blog de Martin Winckler à destination des soignants

Extrait:

 

Ce livre, je l’ai aussi écrit pour que les femmes sachent qu’il n’y a pas que des solutions médicalisées concernant les arrêts naturels de grossesse. Tout comme l’accouchement, une fausse couche peut se vivre de manière PHYSIOLOGIQUE.  

Mon propos n’est pas de dire qu’une méthode (médicament / curetage / ne rien faire) est meilleure que l’autre. L’important est que les femmes aient le choix. Et pour ce faire, le rôle des soignants est de les INFORMER sur les avantages et les inconvénients de chaque méthode afin qu’elles puissent faire le CHOIX QUI LEUR CORRESPONDE. Puis de les ACCOMPAGNER DANS LEUR CHOIX, avant, pendant et après leur fausse couche. 

Lire l'article dans sa totalité

Merci à Martin Winckler pour son engagement auprès des femmes et de leur santé et pour son soutien tout au long de mon projet Gloria Mama

Ordre des sages-femmes - Revue Contact N°65

Revue_3.png

"Je me souviendrai toujours des sages-femmes qui m'ont accompagnée durant mes fausses couches, mes grossesses et mes accouchements. J'éprouve vis-à-vis d'elles une très grande reconnaissance.

Loin de simplement vérifier la bonne santé de la mère et de l'enfant à venir, elles m'ont accompagnée émotionnellement dans des moments critiques de ma vie, qu'ils soient malheureux ou heureux.

Merci à l'ordre des sages-femmes de soutenir mon récit !

 

La Maison de Clem - Mai 2021

Extrait:

Qu’est-ce que les femmes et les hommes devraient savoir sur une fausse couche?

Les chiffres ! Il devrait y avoir une vraie sensibilisation sur ce sujet. Il y a aussi l’idée que plus on vieillit, plus le risque de fausse couche est élevé. C’est vrai, mais la fausse couche n’est pas l’apanage des femmes de 45 ans! On peut en faire à tout âge.

En France, on est incité à ne pas parler de sa grossesse avant l’échographie du premier trimestre car c’est là que le risque de fausse couche est le plus élevé. Du coup, si on perd son bébé, on peut se retrouver dans une immense solitude car personne n’est au courant qu’on était enceinte. Or, c’est dans ces moment-là qu’on a vraiment besoin d’être épaulée.

On devrait aussi arrêter de banaliser les fausses couches en ayant l’image de « grosses règles » car cela ne correspond pas à la réalité. Il faut également expliquer ce qu’est une fausse couche et TOUTES les alternatives que les femmes ont lorsque leur grossesse est arrêtée.

Lire l'interview

Une femme sur quatre, 200 000 femmes en

La lettre "Les choses à dire" - Mai 2021

Capture_0_2.JPG

Les choses à dire, c'est deux fois par mois une lettre dans votre boîte email dont l'objectif est de renseigner, soutenir, rassurer les (futurs) nouveaux parents.

Mathilde consacre sa 18 ième lettre au deuil périnatal. L'occasion pour moi de sensibiliser sur le sujet des grossesses interrompues.

Dans son portrait de parents, Mathilde m'invite à raconter notre chemin de la maternité, ponctué de fausses couches. Nous abordons aussi le vécu des grossesses d'après et je partage tout un tas de conseils.

Pour la lire, c'est par ici !

Article paru sur Yahoo - avril 2021.

Extrait:

"Aux urgences, j'étais assise à côté d'une femme en plein travail, qui allait donner vie à son enfant, alors que j'étais en train de perdre le mien : les deux extrêmes. J'aurais apprécié qu'il y ait des accueils séparés". Selon l’auteure, le "côté psychologique" n’est pas assez pris en compte par les soignants.

 

"C’est une épreuve qu’il faut accompagner avant, pendant et après".

 

Lire l'article dans sa totalité

Article paru dans fémininbio - mars 2021.

 

Extrait:

"Je retombe enceinte. Je n’en ai malheureusement pas fini avec les fausses couches. Mais je prends une décision. Celle d’écrire sur ce que nous traversons. Nous sommes nombreuses à traverser ces épreuves et pourtant la majorité d’entre nous se sentent seules, car le sujet est tabou.

Beaucoup ne sont pas accompagnées ni physiquement ni psychologiquement et se voient proposer uniquement des solutions médicalisées auxquelles se soumettre sans tarder. Certains soignants sont maladroits ou trop pressés et nous faisons face de surcroit «aux autres» dont les propos peuvent être blessants. Enfin, dans le couple, nous vivons les choses de manière différente.

Comment se projeter alors sereinement dans une future grossesse?"

 

Lire l'article dans sa totalité

Capture d'écran pour site internet.JPG

Article paru dans Femmexpat - mars 2021.

20210217114804_AO3A4880 (1).jpg

Dans son livre "Deux corbeaux et une cigogne", Diane nous entraîne dans un voyage à travers le désir d’un couple qui souhaite devenir parents et pour qui tout ne se passe pas exactement comme prévu… Il s'agit d'un récit optimiste, gorgé d’espoir, qui vous transportera de la France à l’Islande, du Sri Lanka aux Maldives. Un témoignage franc, sincère et optimiste, à l'attention des jeunes femmes et mères de demain.

Dans cet article, on parle du tabou de la fausse couche, des émotions que l'on peut éprouver et qui sont toutes légitimes ainsi que du rôle critique des soignants. Diane propose également quelques conseils à destination de l'entourage, afin d'éviter certaines maladresses et d'être véritablement soutenants.

 

Lire l'article dans sa totalité

Finaliste des trophées des français de l'étranger - février 2021.

Trophées de l'étranger.JPG

Le Petit Journal.com, en partenariat avec la Banque Transatlantique, organisent chaque année les Trophées des français de l'étranger. Mon projet Gloria Mama, nommé dans la catégorie du prix du public, faisait partie des huit projets finalistes.

 

Lire l'article dans sa totalité

 

Article paru dans le petit journal.com- oct 2020.

 

Dans cet article, j'explique ce qui m'a mené à écrire le livre "Deux corbeaux et une cigogne" (Ed. Michalon) qui aborde le sujet tabou des grossesses arrêtées.

On parle aussi de la genèse du site et du podcast Gloria Mama et ce qui fait son unicité.

On aborde aussi l'approche culturelle dans la maternité, les défis d'une grossesse et d'un accouchement loin de son pays.

 

Lire l'article dans sa totalité

Capture le petit journal.JPG
Capture le petit journal logo.JPG

Article paru dans Femmexpat - juillet 2020.