L’objectif est de vivre sa/ses fausses couches de la meilleure manière qu’il soit.

    Une fausse couche, ce sont des contractions, du sang, de la douleur physique et psychologique, de la déception, de la tristesse et cela marque indubitablement.

    Néanmoins, il faudrait, in fine, qu'elle(s) puissent être perçue(nt), comme une expérience de vie « façonnante », la moins traumatisante possible.

    Pour cela, voici quelques clefs:

Bien s'entourer

    Il est essentiel de choisir les personnes qui suivront votre grossesse et de tisser des relations de confiance. Il faut que vous vous sentiez à l’aise et libre de poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit (et il y en aura beaucoup).

    Le personnel soignant que vous choisissez doit être à l’écoute, disponible et bienveillant. Il prendra ainsi le temps nécessaire pour vous expliquer ce qui se passe, les conséquences et toutes les options à votre disposition. Et pas seulement l’option la plus usitée ou la plus rapide. C’est ainsi que vous pourrez choisir ce qui vous convient le mieux en fonction de qui vous êtes.

   Dans le cas où le choix ne serait pas possible, il reste important qu’on vous explique pourquoi, les étapes, ce que vous allez ressentir afin que vous soyez prévenue et en phase.

Choisir un nombre restreint d'accompagnants

   Bien s’entourer sans pour autant trop s'entourer : choisissez un nombre restreint de personnes qui va vous accompagner. Par exemple une sage-femme et un obstétricien dans le privé ou à l’hôpital.

    Multiplier les interlocuteurs, c’est obtenir des informations diverses et variées et prendre le risque d’un résultat confus et peu rassurant. C’est aussi s’exposer aux grands huit émotionnels.

    Se fier à son instinct, son intuition. Ils sont des alliés de poids!

    « Bien sûr, il faut s’informer auprès de personnes compétentes et bienveillantes. Mais il faut aussi s’écouter, sentir au fond de soi le bon chemin à prendre. Il n’y a pas qu’une voie, il y a des voies et parmi elles, une qui nous correspond mieux que les autres. Prenez l’avis de corps médical et faites-vous confiance. »

Diane Léonor, Deux corbeaux et une cigogne,

extrait du chapitre Au bain!

Se fier à soi-même

Accepter

    Accepter de ne pas savoir,

    accepter de ne pas contrôler,

    accepter d’être dans l’attente.

    Voici trois grandes leçons de la grossesse particulièrement connues par toutes celles et ceux qui ont éprouvé, à un moment ou un autre, des difficultés.

   Dans nos sociétés occidentales où tout semble maîtrisable, il y a une chose qui n’est clairement pas entre nos mains ni dans celles des soignants, c’est notre grossesse et son évolution. On peut décider d’arrêter sa contraception pour avoir un enfant mais on ne peut pas exiger de tomber enceinte. On peut espérer que tout se déroule normalement mais on ne peut pas commander la bonne nidation de l’embryon dans l’utérus, le bon déroulement de la division cellulaire, ni le développement de notre bébé.

    La grossesse peut ainsi être ponctuée de longues phases d’attente où on ne sait pas, où on ne peut pas statuer: il faut attendre le prochain examen, la prochaine échographie pour voir quelle est l’évolution. Cette attente peut être plus ou moins bien vécue en fonction de l’histoire de la personne et de son tempérament et peut parfois nécessiter un accompagnement.

    La grossesse est une leçon de vie qui appelle à beaucoup d'humilité.

Prendre le temps

    Prendre le temps de vivre sa fausse couche et l'accepter.

    Être à l'écoute de son corps et de ses sensations.

    Cela peut paraître complètement contre-intuitif car la première chose qu’on souhaite faire, c’est tourner la page, vite et si possible sans douleur. Cependant, prendre le temps de verbaliser ses ressentis, partager, être accompagnée de manière bienveillante permet de faire les bons choix pour soi et son couple. Cela permettra aussi de se projeter sereinement, quand le moment sera venu, dans une future grossesse.

    Le temps qui passe est un allier.

Être à deux

    Vivre sa fausse couche avec son conjoint ou compagnon. Allez aux rendez-vous médicaux ensemble. Partagez vos ressentis physiques et émotionnels.  Appuyez-vous l’un sur l’autre.

    Vous vous étiez projetée dans cette grossesse ? Votre époux ou compagnon aussi. C’est ensemble qu’il faut surmonter l’épreuve d’une fausse couche pour pouvoir ensemble se projeter dans une nouvelle grossesse.