Mon confinement ? Un ravissement !

Claire est éducatrice spécialisée au sein de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE). Son métier consiste à placer les enfants lorsque le juge l’ordonne et à travailler avec les familles sur ce qui pose problème afin que les enfants puissent ré-intégrer leur foyer familial.

Claire est aussi enceinte de son premier bébé. Le confinement a été pour elle une véritable aubaine tant pour reprendre son souffle vis-à-vis d’un métier psychologiquement très prenant que pour s’épanouir dans sa grossesse et s’autoriser à la vivre pleinement. Elle nous raconte.



" Au risque de paraître en total décalage avec une partie des gens, j’ai adoré mon confinement. Il faut dire que je suis enceinte de cinq mois et ce confinement a été pour moi et pour mon couple, une véritable aubaine ! Je m’explique.

Je suis éducatrice spécialisée au sein de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE). Mon métier consiste à placer les enfants lorsque le juge l'ordonne. Par la suite, je rencontre régulièrement les familles et les enfants pour travailler sur ce qui a posé problème dans le but d'améliorer les choses et que l'enfant puisse rentrer à la maison.

Sur le papier c'est très intéressant, mais en réalité c'est un boulot très stressant où on a parfois la sensation d'avoir la vie des enfants entre nos mains en étant totalement impuissant !

Mon travail est donc très prenant et le confinement m’a permis de prendre du recul sur tout cela, de pouvoir souffler et de me recentrer sur ma vie personnelle et donc ma grossesse.

D'autant plus, que je souhaitais garder ma grossesse secrète le plus longtemps possible auprès des familles et des enfants car je savais que pour certains, cela allait déclencher des réactions plus ou moins positives et que leurs comportements allaient changer vis-à-vis de moi, en positif comme en négatif.

Être confinée, c’est finalement pouvoir vivre ma grossesse sereinement tout en la gardant « cachée ». La preuve en est que mon ventre a grossi rapidement après le début du confinement comme si ma grossesse pouvait enfin s’exprimer librement.

Par ailleurs, en travaillant de chez moi, je gagne en temps et en énergie.

Tous nos rendez-vous ont été reportés et les amplitudes horaires travaillées sont moins larges. En effet, il n’est pas rare, lorsqu’il y a un placement en urgence, de finir entre 22h et 23h. Le rythme est donc moins intense ce qui me permet de profiter plus de ma grossesse.

Et surtout, je suis beaucoup plus libre d’organiser mon temps comme je l’entends. Certes, je suis toujours très réactive dans le traitement de mes emails ou quand le téléphone sonne, mais si je me sens fatiguée, rien ne m’empêche de m’allonger dix minutes ou même de faire une courte sieste.

Ce confinement m’a permis d’être beaucoup plus à l’écoute de mes sensations et de mes besoins.

Je ne lutte plus devant mon ordinateur contre le sommeil, je suis ce qu’il me recommande de faire. Je peux travailler dans mon jardin les pieds dans l’eau, et avec la chaleur et les jambes qui gonflent, j’apprécie ! Ou allongée sur mon lit. Je me mets dans les positions les plus confortables pour moi et mon bébé, plutôt que d’être assise à mon bureau, droite face à mon ordinateur.

J’ai ainsi beaucoup gagné en énergie et finalement en qualité de vie. Je savoure ma grossesse en prenant le temps de la vivre. C’est fantastique !

Cela me permet de partager davantage avec mon compagnon sur mes ressentis et de l’inclure dans mon vécu de la grossesse. Nous avons notamment pu vivre ensemble les premiers coups de pied du bébé ! Mon conjoint en avait les larmes aux yeux lorsqu'il les a sentis pour la première fois !

On passe aussi plus de temps ensemble. On chérit ces moments à deux qui sont les derniers avant l’arrivée de notre bébé. On en profite !

En revanche, le confinement l’a privé d’assister à l’échographie du cinquième mois, ce qui a été très frustrant pour lui et pour moi.


Si je fais les comptes entre les côtés positifs et négatifs du confinement, le positif l’emporte largement. Vivre une grossesse sans le stress du travail, en m’autorisant à la vivre pleinement, en respectant le rythme qui est le mien et avec mon conjoint, quoi de plus idéal ? Je suis ravie ! "


Si vous pensez que cet article peut faire du bien à d'autres, n’hésitez pas à le partager ! Vous pouvez aussi vous abonner à mes actualités ici pour être informé(e) de la sortie d’un nouvel article.

N’hésitez pas non plus à laisser vos commentaires et nous faire part de vos expériences!

Pour me suivre:

https://gloriamama.com

Instagram : https://www.instagram.com/gloriamama.diane/

Facebook: https://www.facebook.com/gloriamama.diane

Podcast Gloria Mama à écouter sur toutes les plateformes d'écoute : Itunes, Spotify, Podcast addict, Deezer, Googlepodcast, etc.

Par exemple Itunes: https://podcasts.apple.com/fr/podcast/gloria-mama/id1502636349

Youtube: https://bit.ly/3afvgmQ

N'hésitez pas à mettre 5 étoiles et un commentaire. Cela m'aide beaucoup !

Diane Léonor a écrit un premier livre « Deux corbeaux et une cigogne » à paraître aux Éditions Michalon. Elle y raconte le vécu de fausses couches consécutives et l’accompagnement des soignants. Mais aussi le bonheur de la grossesse et d’un accouchement choisi.

Pour aider les couples, elle a créé le site Gloria Mama où on retrouve les enjeux et les messages clefs de son histoire ainsi qu’un podcast du même nom. Florilège de témoignages de femmes du monde entier et d’interviews de professionnels, elle invite à s’interroger sur ce que les femmes souhaitent pour que leur grossesse et accouchement restent des moments uniques de leur vie, vécus de manière positive et respectés par le corps médical.

Précommandez le livre sur toutes les plateformes de commandes en ligne (Amazon, La Fnac, Cultura...). Par exemple:

https://livre.fnac.com/a14329847/Diane-Leonor-Deux-corbeaux-et-une-cigogne


Copyright © Diane Léonor - Gloria Mama, tous droits réservés

48 vues
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon